les lments fondateurs les dirigeants, les dates, ... LE texte doctrinal les ralisations du MRP les personnages les plus reprsentatifs les crits les crits
Andr������������ COLIN
Andr������������ COLIN
1910 - 1978
1910 - 1978




 Grandes figures




Autres documents



L'APPEL D'ANDR COLIN
(Beyrouth - juin 1940)




André Colin, dès l'annonce de l'armistice de 1940, appelle les Français à poursuivre la Résistance à Hitler et à demeurer fidèles à leur allié, la Grande-Bretagne.
Alors officier de Justice maritime, à Beyrouth, il déclare en effet, le 17 juin 1940, lors d'une causerie diffusée le 20 juin par Radio Levant et publiée le 25 juin par le quotidien arabe Albachir :

"la France meurtrie tient... c'est aujourd'hui l'heure du sang-froid, l'heure de voir clair pour penser juste et de marcher droit"...

REGARDONS EN FACE LA SITUATION
"La France est envahie, le soldat français a résisté à un pays qui depuis des années travaille pour la guerre et pour réduire en servitude tous les peuples du monde, après s'être soumis lui- même à un régime indigne du nom d'homme.
Des batailles ont été perdues, l'ennemi s'est acharné contre nous avec l'énergie qui trouvait toute sa virulence dans le fait qu'il fallait d'urgence arracher une décision" (humiliante pour la France).
"L'Allemagne a perdu son matériel et presque toute sa flotte, elle n'a fait qu'entamer les ressources de la France : notre flotte est intacte et nos équipages ont montré dans de nombreux combats leur supériorité incontestable.
"De nombreuses divisions sont stationnées, particulièrement sur le pourtour de cette Méditerranée dont nous tenons les clefs et que nous avons été contraints, par l'abdication de l'Italie au service de l'Allemagne, de fermer d'une manière hermétique".

A NOUS DE PENSER JUSTE
"A nous de prendre garde de nous laisser entraîner par des raisonnements perfides qui veulent nous inspirer la crainte et nous démontrer de prétendues faiblesses"...
"Le peuple de France... ne va pas maintenant remettre ses destinées entre les mains de ceux qui font des hommes des esclaves..."
"Le peuple de France sait bien que, quelles que soient les promesses faites, le gouvernement de Hitler veut la domination sans conditions. Pensez à l'Autriche, à la Tchécoslovaquie et hier encore à la Pologne".
..."Voulons-nous être les ouvriers chargés de fabriquer les armes destinées à nous maintenir dans la servitude ? Ce régime des camps de travail nous ferait perdre tout espoir de vie en famille".
"Dans ces conditions, il nous suffit d'être fidèles à notre alliée, la Grande-Bretagne, à qui nous avons promis de manière solennelle de ne pas faire de paix séparée avant l'anéantissement de l'hitlérisme"...
"Dès lors une seule résolution qui soit conforme à l'idéal que nous voulions défendre lorsque commençait cette guerre. ...que la France continue à maintenir partout contre les envahisseurs une cause où sont engagées les plus hautes valeurs humaines. La bataille de France peut se terminer, il nous reste maintenant à gagner avec nos alliés la bataille de l'Empire Français".

Cette déclaration prononcée au Liban en juin 1940 prend en compte l'ensemble des territoires de l'Union française. Ensuite A. Colin, résistant de la première heure, a refusé de collaborer avec le gouvernement de Vichy, a empêché nombre de jeunes d'être enrôlés dans le service du Travail obligatoire (STO). Il a rédigé avec Maurice-René Simonnet en mars 1994 le document préparant la création du M.R.P., intitulé "Lignes d'action pour la libération" et, membre du Conseil National de la Résistance (C.N.R.), a participé aux réunions clandestines de la rue du Four...
Il a ensuite été membre des assemblées consultative, constituantes et nationale. Enfin, au comité directeur du M.R.P. du 20 janvier 1946, il est intervenu lors de la difficile question du maintien du M.R.P. au Gouvernement avec les socialistes et les communistes lors du départ, le 19 janvier 1946, du général de Gaulle.

"L'électoralisme ne doit pas nous préoccuper d'abord, et, dans les heures comme celles-ci, une seule chose compte, l'intérêt supérieur du pays et la sauvegarde de la démocratie menacée".